Le blog de Valentin

Le blog de Valentin

Vaincre l'anxiété sociale

Ce trouble d’anxiété sociale m’a pourri la vie depuis que je suis né - Témoignage

"Moi c’est Simon, j’ai 40 ans. Il y a 20 ans en arrière, je n’aurais pas pensé que j’en serais encore à parler de ce trouble d’anxiété sociale qui m’a largement pourri la vie depuis que je suis né.

Aussi loin que je me souvienne, mes premiers souvenirs de cours d’école, c’est moi, isolé des autres. Lorsque je suis obligé d’interagir en classe, la peur s’empare de moi, le cerveau émotionnel s’emballe, il court-circuite la partie rationnelle et je me retrouve paralysé, à ne plus pouvoir répondre à une question aussi simple soit-elle. La honte vient ensuite m’achever. Tu as l’impression que seul ton corps physique est encore présent et que ton esprit s’est barré six pieds sous terre. Ces moments-là j’en ai vécu plein. Certains étaient plus difficiles émotionnellement parlant que d’autres.

Mais tu sais c’est quoi le pire ? C’est lorsqu’on te colle une étiquette. Tu n’es plus Simon, le mec qui aime telle ou telle chose, qui peut être drôle, NON ! Tu ne deviens plus que le mec timide de la classe, celui qui ne mérite pas d’être appelé pour faire partie d’une équipe en sport. Je me souviens un jour en sortant d’un cours de philo où une fille vient à ma hauteur pour me parler. Elle me dit : "Alice et toi, vous êtes les deux timides de la classe." Ce n’était pas mal intentionné mais j’ai ressenti cela comme une insulte, un jugement. Comme si je lui disais : "Jonathan et toi, vous êtes les plus cons de la classe !". C’est difficile de porter une étiquette quand on sait à l’intérieur de nous qu’on n’est pas aligné avec ce que les autres pensent de nous. Alors oui, clairement mon comportement est identifiable pour la plupart des gens comme un comportement qui s’apparente à celui d’une personne timide. Mais sans cette peur qui se déclenche, je serais quelqu’un d’autre. Et c’est là le plus frustrant… Les gens oublient qu’on ne peut pas dealer avec la peur en étant simplement logique et rationnel.

À lire aussi...

Comment réduire son stress avec un seul complément alimentaire ?

Lire mon article

Je ne vais pas te dire que je n’ai pas progressé - ce serait faux. J’ai fini, enfin mon cerveau, a fini par classer les évènements par ordre d’importance. L’expérience de ma vie m’a fait vivre plusieurs choses et il est capable maintenant de se dire : "Je ne déclenche plus la peur lorsque Simon va chercher son pain", par exemple. Maintenant il reste en alerte maximale lorsque je dois me vendre, parler de moi, être dans une performance sociale. Je ressens également du stress lorsque je suis dans une salle d’attente et que je dois patienter une heure. Le rendez-vous se passe bien mais ce temps à attendre est toujours difficile à gérer car il est source d’angoisse.

J’ai essayé divers choses : psychiatre, psychologue, relaxation, séances de groupe, sport, méditation, énergéticien, magnétiseur, respirations, hypnose, emdr, traitements des traumatismes, etc. Tout devenait un nouvel espoir de m’en sortir. Ça n’a pas fonctionné sur moi. Alors évidemment je voyais ces différentes pratiques comme la solution miracle. Mais elles avaient l’effet d’un placebo. Je me sentais bien en sortant mais rien ne durait.

À lire aussi...

Comment réduire son anxiété en 3 semaines grâce à la Relaxation Progressive de Jacobson ?

Lire mon article

Le passage de mes 40 ans a été très difficile (mais vraiment) car j’ai pris une gifle. Je me suis rendu compte qu’une première partie de ma vie avait été gâchée par ce trouble. Comme tu le dis si bien, il n’existe rien au niveau des ressources en France sur le trouble. Un peu de littérature mais rien qui soit vraiment transcendant. On te démontre juste que ton trouble peut venir de telle ou telle chose et qu’il entraîne telle autre chose (dépression, etc.). Crois moi depuis que j’ai 20 ans, j’ai écumé le net et à part les témoignages de ceux qui en souffrent, on trouve rarement des choses pour nous aider efficacement. La seule alternative reconnue reste la TCC. J’ai consulté des psys qui la pratiquaient. Ils ne m’ont jamais demandé de faire le moindre exercice. Quand on habite en province, c’est très difficile de trouver un thérapeute efficace. Ceux qui ont bonne presse ne prennent plus de nouveaux patients en général ou finissent par te dire qu’ils attendent l’agenda de l’année prochaine pour fixer des rendez-vous. Bref, on peut pas espérer trouver une réponse dans un cadre aussi bancal.

Je vais continuer de suivre ton blog. Je suis heureux que la parole se libère sur l’anxiété sociale. Peut-être qu’un jour on finira par mieux la comprendre et qu’on proposera un encadrement thérapeutique plus adapté. Je finis par croire que ce trouble doit être travaillé tous les jours, pas en quelques séances chez un psy."

Je remercie chaleureusement Simon pour son témoignage qui fera certainement écho à beaucoup d'entre nous !

👋 On garde le contact !

Dernière étape pour recevoir chaque semaine un e-mail inspiré de mon combat contre l'anxiété sociale.

Moi non plus, je n'aime pas les spams. Alors promis, je prendrai soin de ton adresse mail et tu pourras te désabonner à n'importe quel moment. A bientôt par e-mail !

Pour aller plus loin...

Comment réduire son anxiété en 3 semaines grâce à la Relaxation Progressive de Jacobson ?
Pourquoi la méditation n’est pas efficace pour réduire l’anxiété ?
3 raisons pour lesquelles les anxieux sociaux ne consultent pas
Note importante : Je ne suis ni médecin ni psychologue, je partage simplement mon expérience personnelle. En cas de problème médical, consulte ton médecin. En cas d'urgence, appelle les secours. Prends soin de toi ❤️